La tripartition sociale

À propos de tripartisme social on écrit, on débat et on se dispute beaucoup. Mais pourquoi donc ? Est-ce parce qu'elle est plus théorique que réelle ? Quelle serait alors sa valeur si elle n'était pas "pratique" ? Ma réponse est la suivante : elle est totalement en phase avec la vie, mais en même temps, pour beaucoup de gens, elle est une théorie. Comment cela s'accorde-t-il ?

Groupe de lecture Les points clés de la question sociale

Où aller en tant que société ?

Le site Espace de rencontre le jeudi tente de faire bouger le sujet de manière pratique.

Bon, commençons par les faits. Ce que nous entendons aujourd'hui par créativité, science, économie, éducation, lois et État, Rudolf Steiner l'a d'abord réparti en trois parties. La vie économique, la vie intellectuelle et la vie juridique. Bien qu'il ne s'agisse que de trois termes, une personne qui n'a pas encore une image intérieure claire de la tripartition sociale confondra rapidement ces termes. Parce que la répartition faite par Rudolf Steiner ne doit pas être intuitive sans une vision intérieure.

Mais c'est un petit miracle. Et soudain, on sait de quoi il s'agit. Tout commence par le fait qu'il existe différents groupes fonctionnels dans le corps humain. Par exemple, le système nerveux et le système sensoriel sont différents du système rythmique (par exemple le cœur et la circulation). Eh bien, et ces différences fondamentales existent également dans l'interaction sociale : la vie intellectuelle, par exemple l'activité d'un enseignant, est tout à fait différente de la production, de la distribution et de la consommation de marchandises (vie économique). Certes, tout est lié d'une manière ou d'une autre, tout comme les différents groupes fonctionnels du corps interagissent entre eux.

Mais, pour que notre propre regard et notre sensibilité soient formés, il s'agit de reconnaître les racines, les particularités et les différences de ce qui nous arrive aujourd'hui dans la vie publique, professionnelle, dans la formation, etc. et de les distinguer exactement.

Oui, et à quoi cela servira-t-il ? Cela va résoudre tous les problèmes de notre époque. C'est un grand mot ! Mais c'est ainsi. Car si chaque membre faisait ce à quoi il est naturellement appelé, on ne produirait que ce dont le consommateur a besoin, on n'enseignerait que ce dont l'élève a besoin et on ne légiférerait que là où il y a besoin de conditions-cadres à grande échelle.

Mais l'enseignement, la production intellectuelle, la recherche, l'art, toute activité basée sur des connaissances spécialisées et des idées peuvent alors s'exprimer LIBREMENT, sans être limités par des attentes économiques ou des réglementations qui, en réalité, étranglent.

Pour que le tripartisme social puisse être mis en œuvre concrètement dans le monde, il faut que les actes suivent ; en théorie, cela n'apportera pas grand-chose. Ce n'est que lorsqu'une communauté de personnes se met d'accord sur un modèle commun et le porte dans son cœur dans ses activités quotidiennes que la tripartition sociale s'éveille dans notre réalité.

Elle est encore très loin, elle est tout près. Tout dépend de ce que l'on fait.

Comme je l'ai dit au début, on peut beaucoup discuter et se lamenter sur le domaine de la tripartition sociale. Cela ne nous fera probablement pas avancer. C'est pourquoi nous voulons évoluer ici avec vous de manière à ce que nous ayons tous le sentiment de pouvoir faire de vraies nouvelles connaissances et que les contributions puissent être utiles pour passer à l'action concrète.

François Hagdorn, 23 octobre 2020

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CAPTCHA


fr_FRFrançais